Gryffindor
000 pts
Ravenclaw
000 pts
Hufflepluff
000 pts
Slytherin
000 pts

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Mukuro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 30/01/2013
Messages : 87

Disponibilité : Actif



MessageSujet: Mukuro Ven 26 Fév - 22:21
Voir le profil de l'utilisateur

FEAT GOKUDERA HAYATO ▬ REBORN


PRÉNOM - Mukuro -nom d'emprunt-
AGE - 19 ans
GROUPE - Esclave libre
ORIENTATION - Dominé...
PARTICULARITÉ - Hum... Il a de nombreuses cicatrices sur tout le corps... une brûlure aussi mais rien sur son visage. Ah et, il est aveugle.


CARACTERE

• Méfiant : Tel un animal apeuré, il se méfie du moindre bruit qui l’entoure. Il est toujours sur le qui-vive et c’est pour cela que vous pourrez voir de grandes cernes entourer ses yeux, toujours sur ses gardes, il ne dort que d’un œil. Et il fait encore plus attention aux paroles qu’on lui envoi, c’est pour cela qu’il parle que très rarement… et quand il vous réponds, il est encore plus rare qu’il s’agisse de la vérité.

• Haptophobie : La crainte d’être touché… Effleuré sa peau… ses vêtements ou même entrer dans son espace vitale est comme s’annoncer comme ennemi publique numéro un pour lui. Depuis les marques « explicatives » du vampire, il ne supporte aucun contact, tout son être le refuse catégoriquement, l’emmenant parfois à faire des crises d’angoisse assez violente…

• Excellente mémoire : Il se souvient de chaque son qu’il à entendu et à quoi cela correspond… mais cela veux dire aussi qu’il se souvient de chaque voix. Et il a une très bonne ouïe, ce qui l’aide parfaitement à échapper à quelque chose ou à quelqu’un qui lui rappellerais de mauvaises choses…

• Franc : Sans détour, il dira toujours se qu’il pense de la personne qu’il a en face de lui et se sera d’ailleurs les seul fois où il ne mentira pas. Envers et contre tous, sans montrer aucune émotion, comme si la peur n’existait pas… comme s’il ne l’avais jamais connu. Mais es-ce vraiment cela ?

• Froid : Il ne montre jamais ses émotions, toujours froid, constamment inexpressif. Réagir, c’est être faible, c’Est-ce qu’on lui à apprit pendant quinze ans. Il ne ressent presque pas la douleur même, sauf certains endroits plus sensibles que d’autre mais, s’il peut endurer la douleur alors, il peut masquer ses larmes et ses angoisses non ? Cela ne concerne personne… S’il reste de marbre, il sera à l’abri de tout…

PHYSIQUE

Pas trop grand, ni trop petit, Mukuro fait tout dans la moyenne avec son 1m72 pour 59 kg. Mais après tout, il peu grandir encore un peu non, il n’a pas encore atteint vingt ans… Bien que sa taille n’est pas la première des choses dont il se préoccupe…

Ses cheveux blancs lui atteignent les épaules, souvent ébouriffés par la course, il est assez fréquent de les lui voir attaché. Quand il était encore enfant, il était brun mais plus personne n’est là pour s’en souvenir. La cordelette rose qui retient ses cheveux et agrémenté de deux petites clochettes, tintant joyeusement… et lui empêchant souvent d’être discret d’ailleurs…
Ses yeux sont semblables à deux émeraudes, d’un vert extrêmement pure et clair… mais sans aucun éclats, souvent plongé dans le vide puisqu’ils ne peuvent pas accrocher les détails qui les entourent.

Sa peau de pêche a perdu depuis longtemps sa nature enfantine par les cicatrices qui la pare de toutes parts. Deux larges parant sont bas-ventre et une dans son dos, elles sont telles des griffures faites par un animal sauvage... ou une lame particulièrement effilé. Et si vous avez l’occasion, vous verrez même les deux éclats laissés par les impacts de balles en bas à droite de son dos…
Tant qu'on est dans les marques indélébiles, il a aussi une sérieuse brûlure qui mord son mollet gauche, bien plus récente que toute les autres...

Question vêtements, on ne peut pas dire qu’il soit difficile, il met un peu se qu’il trouvent et se fiche bien que ça aillent ensemble ou pas. Après tout, il y voit rien alors il s’en moque un peu…
Toutefois, il porte une chaîne en argent orné d'un pendentif en forme d'amulette. Il ne se souvient plus de la personne qui lui a donné mais le chéri plus que sa propre vie.

HISTOIRE

Plic… Plic… Plic…

Doucement… Doucement… Tout doucement…
On chuchote pour ne pas hurler… On ferme les yeux pour s’enfermer dans le noir, pour ne plus sentir, pour ne plus voir.



Un cri qui résonne dans le froid de la nuit, écartant les nuages barrant un ciel tout aussi blanc. Un cris révélant un souffle de vie, un espoir sans limite… un cris ternies par la tristesse de ce qui venait de ce produire…
Suizen est né dans un temple sale et en ruine, dans la brusquerie et la peur… vite pour ne pas être prie… vite pour ne pas être enchaîné. Un petit groupe d’hommes libres dans le pays du soleil levant… un petit groupe d’hommes effrayait par les chasseurs les poursuivants. Ils n’avaient pas eut de chances… à moins qu’ils aient manquaient de prudence ? Mais ils avaient étaient poursuivit, laissant derrière eux bon nombre des leurs pour parvenir à gagner du temps, à tenter de s’échapper de nouveau… dont le père de l’enfant… Père qu’il ne connaîtra jamais, mais qu’importe ?

Son frère est là pour lui, son aîné de quinze ans de plus que lui. Il le protège et l’éduque en faisant en sorte de faire le moins de bruit possible. Il le prend sous son aile alors que leur mère n’est plus là depuis longtemps. Lui le petit enfant inutile… lui le fardeau que personne ne souhaite porter… Un enfant pour fuir est simplement une chaîne de plus à traîner…



Plic… Plic… Plic…

Tombe la pluie. Elle pleurs dehors et elle accompagne le doux son des chaînes qui le retiennent. Bien trop lourde pour lui… bien trop lourde… Mais elle ne pleurs pas pour lui…




Le tonnerre rugit dans le ciel et la pluie déverse sont eau sur la terre comme si elle souhaitait la laver de tout ces péchés. Deux enfants courent dans la nuit et trébuche, maculant leurs vêtements déjà salis de boue et de sang. Leur groupe c’était séparé alors que les chasseurs avaient surgis en pleine nuit, les prenant par surprise.

Les liens déjà fragiles qui les unissaient c’étaient brisé dans une lutte où le chacun pour soit régnait. Suizen n’avait que quatre ans, sa petite main glissait dans celle plus grande de son frère qui lui murmurait de continuer à courir, toujours, sans s’arrêter. Que c’était comme le jeu du démon, qu’il ne fallait pas se faire attraper… Mais la nuit était loin de finir, et le jeu fut perdu…

Vivre en esclavage, son frère ne l’aurais jamais toléré. Il était humain, rebelle dans l’âme et se soumettre n’était pas dans sa nature, tel les samouraïs qui peuplaient leur pays autrefois. Ne pas être capturé, rester libre… le choix fut rapidement fait. Il prit son frère dans les bras, lui chuchotant une comptine qu’il aimait tant avant de choisir la chute dans la rivière gelé, quelques mètres plus bas…

Mais tout ne finis pas toujours comme on le voudrait, comme on l’aurait prévu…


Plic… Plic… Plic…

Le silence… ce silence… puis le vent… impitoyable et sifflant dans les grilles de fer. Une supplique à voix basse… trop basse pour être entendue…


Quand il se réveilla, il était sur un matelas duveteux, ses plaies et blessures avaient étaient pansées. Le vampire, car c’est bien la seule chose sur son « maître » qu’il avait appris, lui avait expliqué la situation. Il n’était plus chez lui… loin de son pays natal… Il n’était plus libre, il sentait bien les lourdes chaînes pendant à ses poignets…

La liberté n’est pas fais pour les humains… et à défaut de pouvoir lui montrer, le chasseur à voulu lui faire ressentir…
Gravé dans sa mémoire et sa peau… les marques du vampire ne seront jamais oubliées…



Plic… Plic… Plic…

Joyeux, indocile et sauvage…
Qui dans ses pensées sinueuses et insensées continue son voyage.



Sans voir, sans lumière et sans repère, le temps passa… continuant tortueusement son chemin. Et un jour, une main se tend… Une seule…

- Le vampire est tombé… Tu peux reprendre ta liberté, ses marques ne sont pas tes chaînes. Va t-en.

On soigne une dernière fois ses blessures… Il frisonne… On lui enfile des vêtements… Il tremble… On lui prends la mains, l’entraînant dehors… Sans un mot, il entend la porte se fermer derrière lui, comme une page que l’on tourne, un livre que l’on termine…

Il vient d’avoir dix-neuf ans, mais il ne le sait pas… On vient de lui rendre sa liberté, et seule quelques larmes salées accompagne la brise glacée…


Plic… Plic… Plic…

Termine la pluie à jamais oublié…
Qui perdue dans son soleil chaleureux et rêvé, ne sera jamais effacé.
Revenir en haut Aller en bas
Mukuro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ten'Vremeni :: Fiches-
Sauter vers: